mardi 14 octobre 2008

Réforme du code du travail : vers un renforcement de la DDASS

Alors que la réforme du code du travail est menée tambour battant par Xavier Bertrand, il devient nécessaire d'adapter les structures sociales de la France à son nouveau modèle économique. Ainsi, en ce qui concerne le travail le dimanche, le ministre a proposé d'ouvir les crèches 7 jours sur 7 afin de ne pas pénaliser les parents qui travaillent plus.

Travailler le dimanche, une idée qui fait son chemin


Malgré tout, on sent bien qu'il va falloir aller rapidement plus loin. En effet, la fin des 35 heures et la suppression progressive des congés imposent de repenser tout le système de garde. Si on y ajoute la libéralisation du travail de nuit, il est évident que les crèches devront bientôt être ouvertes tous les jours de l'année 24h/24.

C'est pourquoi le gouvernement envisage d'ores et déjà des solutions originales. Xavier Bertrand étudie la possibillité de réorienter la DDASS vers sa mission originelle, à savoir l'Aide Sociale à l'Enfance (ASE). Ainsi, les mineurs dont les parents travaillent beaucoup et contribuent à l'effort de la nation seraient placés sous la tutelle de l'ASE qui se chargerait de les placer dans des familles d'accueil ou des organismes spécialisés. "On pourrait réouvrir les orphelinats et étendre l'accueil à ce nouveau type de population" estime Xavier Bertrand. Par contre, pas question pour lui de confier la gestion de ces orphelinats à des institutions religieuses : "Il ne faut pas vivre dans le passé. On fait déjà énormément progresser la laïcité en développant le travail le dimanche et les jours fériés".

Dans le même ordre d'idée, l'aile droite de la majorité parlementaire pousse le ministre à confier la gestion de l'ASE aux partenaires sociaux. Ainsi, le patronat français aurait sous sa responsabilité l'éducation de millions d'enfants, ce qui permettrait de combler le fossé entre les jeunes et l'entreprise. Xavier Bertrand serait réticent à cette idée, craignant une levée de boucliers des syndicats. Cependant, il n'aurait pas renoncé à simplifier les procédures d'abandon pour les parents qui se verraient dans l'obligation de cumuler deux emplois pour survivre. "Il faut comprendre que l'évolution inéluctable du monde du travail pour s'adapter à la compétition mondiale ne se fera pas sans heurts. Il est du devoir de l'Etat de prévenir ces situations. Même s'il peut paraître choquant d'abandonner son enfant, c'est un geste d'amour. On le sauve et on préserve la société. Je suis persuadé que ce sera un moyen de lutte efficace contre la délinquance".

"Toi tu vas être confié à la famille Parisot, ils ont de la place dans le sous-sol"


Le projet est toujours à l'étude et devrait être testé dans plusieurs départements-pilotes à l'horizon 2010. Ensuite, en fonction des résultats, il sera étendu à toute la France. Xavier Bertrand place beaucoup d'espoir dans cette réforme : "Il en est de la responsabilité de tous. Il serait dommage que l'Etat en arrive à des stérilisations forcées pour flexibiliser le marché du travail".

8 commentaires:

sol a dit…

Heureuse initiative !
Jonathan Swift avait eu une autre idée, en des temps, il est vrai plus violents pour les pauvres (si, c'est possible) : http://rocbo.chez-alice.fr/litter/swift/modestepropos.htm
Et toujours sur le sujet, Polemix et la Voix Off nous avaient proposé un joli montage sarkostique : http://www.ppandm.com/polemixetlavoixoff/tous-les-tizenfants/

Anonyme a dit…

Et ceux qui s'opposeraient là à ces élémentaires mesures de bon sens montreraient enfin en plein leur vrai visage d'archaïques.

Christine a dit…

Formés seulement à des choses utiles pour travailler plus, les enfants pourront ainsi rejoindre plus rapidement les usines et les bureaux et participer à l'effort de la nation.

Un poste de ministre du travail qui libère et de l'exploitation dominicale pour Monsieur Bernard

Winner a dit…

Attention tout de même à ne pas se servir de ces nouvelles opportunités pour développer de nouveaux services publics. Pour des raisons d'efficacité économique, il est important que celles-ci soient prises en charge par le privé. On aurait par exemple de nouvelles opportunités d'emplois dans les sociétés de service à la personne, dont les employés se plaignent souvent de ne pas travailler assez. Ainsi, ils pourraient travailler plus, atteindre des mi-temps de 35h par exemple, et iraient a leur tour confier leurs enfants à ces sociétés. C'est un cercle vertueux : plus de travail donc plus de richesses.

cultive ton jardin a dit…

L'idée de Jonathan Swift était excellente, c'est pas une demi mesure que de confier des enfants à des familles riches déjà pourvues de domestiques ou à des bourgeoises désoeuvrées?

J'ai d'autres propositions:

On pourrait acheter en Chine les stocks de lait méla-minés qu'ils ne se résignent pas à détruire, c'est pas beau le gaspillage, on le rachèterait pas cher parce que quand même hein, mais tout ce qui rentre fait ventre.

Et les parents chinois à qui on avait autorisé un seul enfant et qui l'ont perdu dans l'effondrement d'une école pourtant construite avec de la vraie farine, on pourrait leur envoyer un futur délinquant de trois ans à rééduquer, bel exemple de solidarité internationale.

La Sardine Masquée du Port a dit…

Les nourrices auvergnates le faisaient déjà il y a plus de cent ans lorsqu'elles montaient à Paris allaiter les enfants des autres après avoir confié les leurs à d'autres femmes...
Monsieur Bernard, tu n'es qu'un vil copieur !

Hub a dit…

Magnifique article mais ce n'est que justice : l'auteur est immergé dans la pensée sarko-parisotienne qu'il tète au sein depuis sa plus tendre enfance.

Et nous devons aussi décerner la médaille du mérite aux valeureux internautes qui, loin des jérémiades crypto-trotskistes, apportent toutes leurs formidables idées innovantes, débarrassées des archaïsmes et des freins corporatistes, pour permettre à la France de devenir compétitive sur le marché mondial.

Général de Boisdieu de Saint-Aignan Vignacour

ZR a dit…

Une autre solution, à peu près équivalente, mais dans une version moins étatique :

http://www.youtube.com/watch?v=z2Kn_KS9DWY

Voir à la fin de la pub (en anglais malheureusement, mais c'est assez évident...)

Salutations canadiennes !