vendredi 3 octobre 2008

Privés d'antenne

Les anti-progrès ont encore frappé ! l’archaïsme français vient à nouveau de sortir du chapeau grâce à un jugement rendu le 18 septembre dernier pas le tribunal de grande instance de Nanterre, qui condamne Bouygues Télécom à démonter une antenne relais de téléphonie mobile à Tassin-La-demi-Lune dans le Rhône. Si dans cette commune ils n’ont qu’une demi lune, en revanche à Nanterre les juges eux ne sont pas la moitié d'un imbécile.

La planète est en faillite, la croissance en berne, on est au bord du précipice, c’est quand même le moment ou jamais de faire preuve de solidarité avec l’économie, de se serrer les coudes, de consommer, d’investir, d’entreprendre. Eh bien non, à Nanterre (municipalité communiste ndlr…) ils ont décidé de ramer à contre courant et de donner suite à la demande d’illuminés au risque de faire jurisprudence. La justice de ce pays pourra désormais condamner à tout va en réponse à toutes les peurs irrationnelles et ce au nom du principe de précaution. Les plaignants vont même être indemnisés par l’opérateur pour "exposition à risque sanitaire", 3 000 euros pour une malheureuse antenne, à ce tarif les riverains stressés des centrales nucléaires vont bientôt pouvoir arrêter de travailler.

Des sanctions financières s'abattent sur les entreprises même en temps de crise. Dans pareils moments, nos premières pensées sont pour la famille Bouygues et pour les actionnaires qui n’avaient vraiment pas besoin de ça.

Ce sont donc trois couples de riverains (soit 6 personnes si mes calculs sont justes) qui vont priver des milliers d’autres d’une réception téléphonique de qualité parce qu’ils ont des migraines au moment du coucher. Il existe des médicaments pour traiter ces gens-là, voire des spécialistes qu’on appelle des psychiatres, il ne faut plus les laisser sortir la vie est bien trop risquée, le danger est partout.

Le fond du problème c'est ce fameux principe de précaution, si on l'avait appliqué au 19ème siècle, on n'aurait pas de TGV et on irait encore de Paris à Marseille en calèche. En effet à l'époque certains pensaient qu'une vitesse supérieure à 60 kilomètres-heure était mortelle. C’est très grave ce qui se passe aujourd'hui, on a ouvert la boîte de Pandore, bientôt ce sont les fabricants de radios-réveil qui seront condamnés et un jour on fera un procès au soleil, là au moins les risques d’exposition prolongée sont déjà prouvés.

"Tu te montres en plein jour! tu connais pas la jurisprudence sur les antennes?"

Tandis que l’attention se focalise sur la pseudo dangerosité des antennes c'est une fois de plus pour nous éloigner des vraies questions qui agitent notre société. Ainsi, le véritable scandale lié à la multiplication de ces dernières est presque passé sous silence.



2 commentaires:

emcee a dit…

"on n'aurait pas de TGV et on irait encore de Paris à Marseille en calèche" --> Au train où vont les choses à la SNCF, on aura bientôt plus vite fait de faire le trajet en calèche....

yelrah a dit…

C'est l'antenne de goth-TV ?