mardi 29 avril 2008

Jean-Pierre Elkabbach est mort




Le journaliste français s’est éteint ce matin dans sa résidence parisienne dans des circonstances mystérieuses.

Son parcours exceptionnel de journaliste, qui l’a mené de l’ORTF à Antenne 2, en passant par la direction de France Télévisons puis celle d’Europe 1, restera marqué par son goût pour la liberté et sa lutte constante contre l’idéologie socialiste.

Au-delà de ses interviews virulentes de cette vieille raclure stalinienne de Georges Marchais ("Taisez-vous Elkabbach !"), son premier coup d’éclat sera sa démission d’Antenne 2 après l’arrivée au pouvoir de François Mitterrand. Un acte de courage politique, qui marquait son indépendance d’esprit. Une liberté de penser qui l’avait poussé en tant que directeur de l’information d’Antenne 2 en octobre 1979, à censurer Claude Sérillon qui tenait absolument à évoquer l’anecdotique affaire des diamants de Bokassa.
Cet être épris de liberté n’avait pas hésité à commenter le couronnement de ce même Bokassa Ier en Centrafrique en Décembre 1977.

Son passage à la présidence de France Télévisions va permettre à Jean-Pierre Elkabbach de moderniser le service public et d’appliquer dans le secteur de l’audiovisuel un principe fondateur de la politique libérale qu’il défendit toute sa vie. A savoir l’enrichissement de quelques-uns par les fonds publics. Ainsi, le service public va contribuer à promouvoir le système des animateurs producteurs, en aidant de jeunes talents (Nagui, Delarue, Arthur) à monter leurs boîtes de production et en achetant au prix fort les programmes (de qualité) qu’ils produisaient. Cette externalisation de la production ne sera pas du goût de ce petit milieu gangréné par la canaille marxiste, et notre héros se verra contraint de quitter son poste. France Télévisions venait de rater le tournant du 21ème siècle.

Heureusement sa gestion sobre des fonds publics lui permettra de retrouver un poste de président de la chaîne Public Sénat.

Depuis 2005, Jean-Pierre Elkabbach était le président d’Europe 1. Il avait continué son combat pour la liberté (il avait notamment demandé conseil à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’intérieur, pour le recrutement d’un journaliste) en faisant de l’antenne d’Europe 1 une plate-forme de lutte pour la conquête du pouvoir par son ami Nicolas Sarkozy. Et le 6 Mai 2007, le triomphe du nouveau président était un peu le sien.


J.P Elkabbach maîtrisait parfaitement l'art de l'interview politique



La fin de sa carrière sera marquée par sa lutte contre internet et plus particulièrement la propagation de fausses nouvelles et le manque de déontologie sur la toile. Il venait d’annoncer la création d'un comité d'éthique au sein de sa station. Certains racontent qu’il en est mort….de rire.


13 commentaires:

Anonyme a dit…

Oh putain, le con !!

AHAHAH

Il m'a eu ! J'y ai cru !

AAAAaaah saligauuuuuuuud !!!

J'étais tout content !

AHAHAH !

J'suis mort de rire ! C'est pas sympa ! J'y croyais moi !!!

Gunthert a dit…

Excellent, bravo!

Le Monolecte a dit…

Je savais que tu blaguais, mais j'avoue être un poil déçue...

Le Yéti a dit…

Oui, la mort est bien souvent un soulagement, une délivrance... pour les survivants !

ti_cyrano a dit…

Un grand professionnel nous a quitté, la démocratie est en deuil.

Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre ainsi les meilleurs d'entre nous. Il faut vite légiférer et créer un droit à ne pas mourir opposable avant que N.S. (Notre Saigneur voyons) ne rappelle à lui Pernaud et Adler si exposés dans leur exaltante et nécessaire croisade.

Yenayer a dit…

Je relaye l'info sur mon blog. C'est important !!

Anonyme a dit…

"Cet être épris de liberté n’avait pas hésiter à commenter le couronnement de ce même Bokassa Ier en Centrafrique en Décembre 1977."

++

"Cet être épris de liberté n’avait pas hésiter à commenter à l'ORTF le massacre du Métro Charonne pour le compte du Préfet de Police d'alors, Maurice Papon".

Tres bon article. Je l'ai lu via "Rezo.net"

Pierre le Belge de Lille alias Belgo4.0

le boeuf qui pleure a dit…

Bonjour,
Je suis désolé, mais je me vois dans l'obligation de mettre l'adresse de ce blogue dans ma propre Web-blogue-liste, c'est à dire celle de ceux qui seront fusillés pour l'exemple dès que Balkany sera ministre de l'intérieur.
Je sais, ça fout les jetons, mais quand on est tombé dedans quand on était petit, c'est comme ça !
Je repasserai ( et pas seulement les cols de chemises blanches...).

http://leboeufquipleure.hautetfort.com/archive/2008/04/22/avec-tambours-trompettes-et-plumes-dans-le-derche.html

Jean-Pierre Martin a dit…

Faites donc. De toute façon, au point où on en est...

Christine a dit…

Remarquable comme d'hab.

Et comme d'hab, je suis incapable de commenter sur les billets d'ici ;-))

Donc juste pour dire que je continue à lire et à aimer.

Ça, c'est du commentaire !

Anonyme a dit…

"Le journaliste français s’est éteint..."

"Journaliste" dés le départ ce n'est pas crédible, JPE n'a jamais été journaliste, tout au plus as-t-il fait le plus vieux metier du monde... mais même là il a failli, trop de zéle sans doute.

Anonyme a dit…

si...c est vrai....ou..c est de l intox..car elkhabach est bon bougre!!!!en tout cas...il est professionnel....1OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO MIEUX QUE LE CHEVEUX SUR LA LANGUE P.P.A.LE MAITRE DU MENSONGE!!!!

ti_cyrano a dit…

C'est officiel, cet homme était un visionnaire, un précurseur. Comme il avait été le premier à l'annoncer,
Pascal Sevran vient de succomber aux suites d'une courte maladie rigolote (Desproges TM)