vendredi 4 avril 2008

Les policiers sont des êtres humains comme les autres


Qui a dit que la police française n'avait pas de coeur?

Sous prétexte qu'ils exécutent n'importe quel ordre sous n'importe quel régime, on prétend que les policiers n'ont pas de conscience politique.


On relate sans cesse les mêmes faits, cette police française aux ordres des nazis (et qui ne rendra aucun compte à la Libération, les braves policiers de Vichy redevenant des policiers républicains), l'assassinat de centaines d'algériens le 17 octobre 1961, les bavures à répétition qui voient de nombreux citoyens mourir sous les balles de la police (pour être honnêtes, rappelons que certains policiers sont quand même condamnés à de la prison... avec sursis), la traque aux étrangers, etc...


Bref, on tente de faire passer les dépositaires de la force publique pour des abrutis violents, en rappelant par exemple ce compte-rendu fait à la préfecture par un policier après la rafle du Vel d'Hiv (qui verra 9000 policiers et gendarmes français rafler 13 152 juifs et les parquer au vélodrome d'hiver) :

" Le Vél’ d’Hiv’ est évacué. Il restait 50 juifs malades et des objets perdus, le tout a été transféré à Drancy."


Mais toutes ces allégations sont mensongères et ne reflètent pas la réalité de la police française. Les policiers sont capables de se rebeller et de contester leur hiérarchie. Et je le prouve.

En juillet 1942, au lendemain de cette même rafle du Vel' d'Hiv , une vague de protestation sans précédents (et sans suites) va naître au sein de la police française :

Au commissariat de Nogent, 1 policier démissionne.



Rectificatif : Les policiers de Joinville-le-Pont ont tenu dès ce soir à réagir aux propos tenus sur ce blog. Pour laver l'honneur du commissariat de leurs voisins de Nogent, ils ont frappé un grand coup symbolique en provoquant la mort d'un sans-papier, décédé d'un arrêt cardiaque après s'être jeté dans la Marne pour échapper à l'agent de la BAC qui le poursuivait.
L'honneur est sauf.

7 commentaires:

piedo a dit…

Personnellement, je déteste ces grands lâches qui, face à l'adversité, préfère la démission à la remise en question.

piedo a dit…

Et tout ça me fait penser à cette fameuse citation de Desproges :
"Il ne faut pas désespérer des imbéciles. Avec un peu d’entraînement, on peut arriver à en faire des militaires."

Caroline a dit…

vous avez déjà vu des rebelles vous ?

Jean-Pierre Martin a dit…

Déjà il y a François Bayrou

emcee a dit…

D'un autre côté, on ne peut pas se plaindre exagérément de la police actuellement: concentrés sur la chasse à tous ceux qui entrent illégalement chez nous et qui viennent prendre les emplois des Français, ou occupés à surveiller les lycéens, ces petits cons qui feraient tout pour rater les cours, et à en mettre qquns en garde à vue pour l'exemple, ils nous fichent une paix royale.
Sauf, évidemment, si on fait partie de l'une ou l'autre catégorie.
D'ailleurs, le jour du fameux match à Paris, il y a de bons Français au crâne joliment rasé qui ont un peu bousculé une famille de Noirs dans le métro: pas un flic à l'horizon pour arrêter ces basanés qui étaient probablement en situation irrégulière et qu'en bons citoyens, ils avaient réussi à interpeller.
Pourtant ils font des efforts louables: quand un resquilleur a sauté les barrières du métro, peu avant les élections, ils ont agi avec zèle et célérité.

Ils ont bien du mérite car leurs effectifs sont souvent décimés quand notre président se déplace.
A l'heure actuelle, c'est pour empêcher que celui-ci s'approche un peu trop du citoyen lambda.
Alors, il faut du monde. Normal.

Anonyme a dit…

C'est tellement facile de critiquer les flics, les faire passer pour des fachos ou pour des idiots. Par contre quand je vois le bordel dans une banlieue ou des agressions devant le nez de nos concitoyens, je ne vois pas de bonnes ames (vous, en l'occurence) aller au devant des "sauvageons" pour calmer le jeu.
Sporster.

Anonyme a dit…

venez voir mon blog,merci et laissez vos commmentaires
http://bavure.unblog.fr