lundi 2 juin 2008

M. Bachelot demande l’annulation de son mariage…

…il estime avoir été trompé sur les qualités essentielles de son ex-épouse.

Bien que déjà divorcé, Jacques Bachelot, l’ancien mari, de confession catholique, de la Ministre de la Santé Roselyne Bachelot vient de faire une requête en annulation de son mariage.

« Depuis ses dernières déclarations, ce n’était plus possible. Je n’ose plus sortir de chez moi. Je désire ardemment que ce mariage soit annulé, pour qu’elle ne puisse plus salir mon nom ».

Pour comprendre les faits il faut remonter à 1968. Jacques, de confession catholique, rencontre Roselyne et tout semble aller pour le mieux. Mais, Jacques estime avec le recul que sa femme lui a menti. « A l’époque, elle m’affirmait être une femme intelligente ». Il ne détaille pas quel stratagème utilisa Roselyne pour lui faire croire pareille énormité, mais, à la lueur de ces révélations, les propos tenus par la ministre ce week-end prennent une saveur particulière : « le droit au mensonge, c'est aussi un droit fondamental de l'être humain ». Alors que les commentateurs croyaient avoir perçu dans ces propos une sorte de bilan de la première année au pouvoir de Nicolas Sarkozy, il fallait y voir une référence à la sphère privée. Et les mensonges allaient s’accumuler au fil du temps, jusqu’à la rupture.

Roselyne passait plus de temps au bar ou au stade que dans son foyer

« Tout y est passé », nous raconte Jacques Bachelot, de confession catholique. « Elle se disait férue d’histoire…». Les références historiques de notre ministre paraissent en effet bien maigres. En l’écoutant hier déblatérer sur la peine de mort et le droit des femmes (« C'est vrai que la notion de qualité fondamentale, c'est quelque chose peut-être qui avait, pour la virginité, cours quand la peine de mort existait dans notre pays au XIXe ou au début du XXe (siècle). Les mœurs ont changé et c'est fort heureux. » ), Jacques était honteux. « Dire que j’ai été marié à quelqu’un qui croit que la peine de mort en France a été abolie au début du XXème ». Mais le plus grave d’après le catholique Jacques Bachelot, c’est la manière dont elle trahit la mémoire résistante de son père. « Quand je la vois collaborer à un gouvernement qui enferme les étrangers, et mettre en place le démantèlement de la Sécurité Sociale, j’ai du mal à retrouver la jeune femme qui encensait son père résistant ».

Roselyne a fait subir les pires outrages à Jacques

Alors mensonge ou changement de personnalité ? Son ex-mari, de confession catholique, plaide pour le mensonge. « Je crois qu’elle m’a menti dès le départ. Aujourd’hui encore, elle ne peut s’empêcher de mentir à chaque phrase ». Difficile de contredire cet homme bafoué.
Hier encore, la ministre a été prise la main dans le sac : « En tant que femme, en tant que citoyenne, en tant que militante féministe, j'ai été absolument scandalisée par cette décision, mais maintenant, il faut réfléchir à la façon que ça ne se reproduise plus ». Il y a en effet quelques contradictions à s’affirmer féministe et à souhaiter que des femmes restent mariées, contre leur gré, à de gros réactionnaires.

Roselyne Bachelot, une femme moderne

Jacques Bachelot, de confession catholique, souhaite une décision rapide. Pour que son nom retourne à l’anonymat et qu’il puisse patiemment recouvrer son honneur.

3 commentaires:

emcee a dit…

excellent! MDR

Anonyme a dit…

Excellent en effet, mais pourquoi insister sans cesse sur la confession catholique de Mr bachelot? Ou en est l'intérêt?

Anonyme a dit…

Comment peut-on raconter de pareilles conneries ? R. BACHELOT est séparé de Jacques BACHELOT depuis 1984 et lui- mème est remarié avec madame Françoise Pasquier depuis 15 ans ...

Signé : un angevin bien informé