jeudi 12 juin 2008

Cuba enfin libre !

Cuba vient de faire un pas décisif vers la démocratie. Mieux que la conquête de la liberté d’expression ou l’émergence d’une opposition politique, le régime cubain a décidé de renoncer à ce qui paralysait toute la société cubaine : l’égalitarisme.

En effet, dorénavant chacun pourra être rémunéré selon son « mérite ». Et c’est bien là la clé de la démocratie. Car l’égalitarisme est un dogme. L’inégalité est la réalité. Permettre et/ou organiser l’inégalité au sein de la société c’est être pragmatique. Toute grande démocratie se reconnaît à son niveau d’inégalités.


La France est un pays très démocratique


Le totalitarisme qui consistait à imposer le même salaire à tous les citoyens est enfin révolu. Et il est sain que cette utopie dangereuse soit éradiquée de la planète. Imaginez que votre femme de ménage gagne le même salaire que vous : "ce n’est pas convenable ".

Par ailleurs, cette réforme va permettre la réimplantation d’une espèce qui avait disparu ces 50 dernières années à Cuba : les riches. Au nom de la biodiversité, il est essentiel que des riches puissent prospérer sur le travail des autres. C’est la démocratie. La liberté d’exploiter les autres. L’égalitarisme étant un totalitarisme je vous le rappelle.


Nicolas Sarkozy, un président qui défend les valeurs démocratiques

Cette évolution du régime, va permettre un enrichissement global du pays. Les pauvres resteront très pauvres, mais les riches seront très riches, ce qui sera très bon pour le PIB de Cuba. En espérant que les réformes de structure nécessaires (destruction du système éducatif et du système de santé qui sont certes très efficaces à Cuba mais qui ne correspondent pas aux enjeux démocratiques) ne seront pas repoussées aux calendes grecques.

Bien sûr tout n’est pas parfait et le projet du régime castriste comporte encore quelques archaïsmes incompatibles avec la modernité. Ainsi, il est question de rémunérer les gens en fonction de leur "productivité". Voilà encore un dogme de communistes. Imaginez, encore une fois, pareille situation en France. Les grands patrons français, reconnus pour leur incompétence congénitale, se verraient dans l’obligation de gagner moins que leurs ouvriers. Et quid des parachutes dorés dans ce système décadent ? Bref, de l'idéologie pure et simple...

La route est encore longue pour le peuple Cubain.

Mais d’ores et déjà, j’ai envie de leur dire :

Bienvenue en Démocratie Amis Cubains !

3 commentaires:

cultive ton jardin a dit…

"Imaginez que votre femme de ménage gagne le même salaire que vous : "ce n’est pas convenable "."

C'est sûr, comment je fais pour la payer, ma femme de ménage, si je dois lui donner tout mon salaire? Et surtout, de quoi j'ai l'air?

Vous voyez bien qu'elle va perdre son boulot!

Surtout que je peux pas délocaliser mon ménage...sans me délocaliser moi-même, ce que j'ai fait.

Ici, je vous dis pas combien elle est payée, la femme de ménage, en fait je le sais pas, elle est incluse dans le prix de la location. Comme une machine à café.

Et je crois bien qu'elle achète elle-même son matériel, parce qu'elle s'en va avec ses outils et ses produits sur son vélo.

Ya des pays qui savent vivre, hein?

ti_cyrano a dit…

"elle est incluse dans le prix de la location"

Yep ! Ca s'appelle du mobilier. C'était déjà prévu dans "Soleil vert", où le repos du guerrier était également compris dans la location.

C'est quant même réconfortant de voir que les romans d'anticipation d'hier deviennent doucement la réalité d'aujourd'hui, ça prouve que le progrès est en marche et qu'il faut lui faire confiance.

Anonyme a dit…

oui ras le cul de tous ces sales gauchistes. Depuis que je suis sarkozyste ma femme ne chante plus audiblement