mardi 30 septembre 2008

L'Amérique du Sud s'enfonce dans la crise

L'adoption de la nouvelle constitution équatorienne à une écrasante majorité enfonce un peu plus le continent sud américain dans le marasme économique. Après le Vénézuela et la Bolivie, l'Équateur a donc choisi l'impasse d'un "socialisme du 21ème siècle" (sic!) tournant ainsi délibérément le dos à l'économie de marché et à la démocratie. Il est d'ailleurs permis de se demander sur quels critères a pu voter un peuple en partie illettré et qui a fatalement succombé aux sirènes du populisme. Ces trois pays bolivariens s'engagent donc sur la voie de l'archaïsme en instaurant "une politique économique souveraine qui ne tolère les abus d'aucune multinationale". Non content de stigmatiser les multinationales occidentales, la constitution équatorienne défend le principe de la gratuité des services de santé et d'éducation, dans un pays où 50 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. Certains évoquent même une possible nationalisation des banques, dernier pas avant le goulag.
Par ce geste, l'Equateur se met au ban de la communauté internationale en rejetant les principes universels du FMI et de la banque mondiale, qui avaient pourtant fait le bonheur de l'Argentine au tournant du siècle. A l'instar du Venezuela qui avait quitté ces institutions l'an dernier, l'Equateur risque de rapidement regretter son audace politique. Et les électeurs de se réveiller alors avec une sacrée gueule de bois. Car s'affranchir de la mondialisation libérale est bien sûr utopique mais surtout stupide. L'économie de marché prouve chaque jour qu'elle est au service du développement humain. Pourquoi se priver de cet instrument de bien-être?


C'est pour pallier les problèmes de logement inhérents au socialisme, que les équatoriens ont inventé les tentes Quechua.

Dans le même temps, les partisans français du non au référendum européen de 2005 ravalent leurs arguments. Non seulement, cette constitution est un rempart contre tout retour à une "économie socialisante" en gravant dans le marbre le modèle économique néo-libéral. Mais en plus, l'Europe sociale est en marche. Pas plus tard qu'hier, la Banque Centrale Européenne injectait 120 milliards pour aider les plus faibles d'entre nous, à savoir les banques.

T'es au courant que le mur de Berlin est tombé coco??

Alors que le monde libre occidental surfe sur la vague de la réussite, il est malheureux de voir le peuple équatorien (et tant d'autres) sombrer dans le désarroi. Il est tentant d'intervenir. Saurons-nous rétablir la démocratie avec le même courage qu'au Chili en 1973? La liberté est sans doute à ce prix.

17 commentaires:

Tahar, coeur de lyon a dit…

Ou la la!, j'espère qu'on ne va te comprendre à l'envers ou à l'endroit du contraire. D'abord aujord'hui, on n' comprend plus rien . Le monde marche sur la tête ou du moins ce qu'il en reste. Sarko se prend pour Castro.
Les etats européens qui se faisaient désirer quand il fallait aider les plus deshérités sortent de leur chapeau des mmilliards d'euros. Aux USA, ce sont les démocrates qui soutiennent bush pendant que ses amis républicains l'ignorent au nom de leur extrémisme idéologique dont la règle d'or est ' pas d'intervention , le chaos arrangera tout seul les choses.

yelrah a dit…

Quand on pense qu'il y a des crypto-bolcheviques qui refusent même de monter leurs tentes...

Constantin a dit…

Aïe, je suis tombé de ma chaise !
Mention spéciale aux tentes Quechua. Mouarfff !

Le Q a dit…

Ayyyyy,

J'arrive à me demander si tout cela n'a pas une tournure ironique... Non mais serieusement, comment peut on simplifier de manière aussi stupide des problèmes d'une telle gravité. Nous autres, européens socialement avancés, capitalistes au service du developpement humain... non mais c'est une blague sérieux? Alors désormais, la banque centrale injecterait des milliards pour aider les plus faibles d'entre nous... Et le petit commentaire sous la photo de Chavez! Comme tu le preconises, la solution est surement d'intervenir au nom de la democratie et du "capitaliste facteur de developpement humain" comme tu le dis si bien ! C'est lamentable

Anonyme a dit…

a l évidence c'est de l ironie :) puisque en amérique du nord et grande bretagne on nationalise les pertes des bolchevik de la finance et toc

gzav a dit…

Hihihi, bravo, c'est tres drole ^^

Patrick a dit…

"J'arrive à me demander si tout cela n'a pas une tournure ironique..."

Mouaaaarf ! vous êtes trop fort, les gars :-))))

Bernard-Henri Cobab a dit…

Bien entendu qu'il faut intervenir ! c'est un devoir moral pour tous les banq— les hommes épris de liberté !

Les multina— le peuple souffrant de ces contrées gémit sous le joug néo-bolcheviques des métè— de paysans andins qui n'ont même pas fait l'ENA !

Nos mercenai— les sentinelles du monde libre sauront rendre le sourire aux enfants de Quito comme à ceux de Bagdad !

Anonyme a dit…

Excellent vraiment, ça fait plaisir de lire enfin des textes sur internet qui vont à l'encontre de la pensée unique gauchiste.. Vous devriez faire lire votre prose à Mrs Reynders et Sarkozy qui passent leurs journées à nationaliser des banques (pas complètement heureusement) et à beugler qu'une autre finance est possible et nécessaire...

Bien à vous,

Un indyen

Anonyme a dit…

Enfin un texte qui sort de la pensée unique et molle. Ce Chavez qui n'a pas un visage vraiment blanc, ou bien la photo est de mauvaise qualité, en prend plein les dents. Et une information que tous les médias nous avaient cachés: les sans-papiers qui encombraient nos trottoirs étaient en fait des équatoriens , dénoncés par leurs tentes, venus profiter de nos avantages sociaux.

migloo a dit…

j'aime beaucoup.
presque aussi drôle qu'un édito de Christophe Barbier. pensez y si vous vous ennuyez dans votre grosse boiboite

pièce détachée a dit…

"Dans nos rangs il y a des éléments malsains et même des brebis galeuses QUI MANIPULENT INTRANSITIVEMENT LE VERBE "PALLIER". Et encore maintenant, il n'est pas impossible à ces éléments malsains, à ces brebis galeuses de commettre des infamies et de nuire. C'est-à-dire que, dans notre lumineux Parti, il y a encore des blocs de ténèbres, il y a encore un envers."
(Liou Chao-Tchi, Pour Etre Un Bon Communiste, Paris, 1955, Editions Sociales, pp.82-83.)

enjolras a dit…

Votre parodie est tellement bien faite que j'ai eu l'impression de lire un éditorial de Claude Imbert ou de BHL... sauf qu'avec vous j'ai des fou-rires !

bjm a dit…

Trop fort M.Bernard!
Certes Milton Friedmann dont la pensée nous éclairera à jamais est mort - gloire à son âme- mais je ne doute pas que ses Chicago Boys aidés par la CIA ne remettent ces pays sur la voie de la démocratie et de la liberté!

Anonyme a dit…

troglodix dit :
je t'ajoute un calcul super débile basé sur la somme de 700 milliards de dollars que je ramène aux 7 milliards d'habitants de la planète à laquelle cette somme a été chouravée.
Le Congrès dans son infini sagesse vient de décider de restituer une partie de ces 700 milliards à raison d'un remboursement de 6 milliards à chacun des habitants-de-la-planète. Et devinez quoi ? Il en reste encore un paquet après cette restitution.
Fifi de son côté, a réfléchi, ça lui arrive, à ses 120 milliards qui ne lui appartiennent pas et qu'il allait donner aux banquiers,
Pour ne pas être en reste, il décide avec son gouvernement de nous restituer à chacun 6 milliards. Et devinez quoi ? Il en reste encore un paquet pour l'école et la santé. Par exemple.
~~*

Jean-Pierre Martin a dit…

@pièce détachée : c'est réparé

que voulez-vous,
"Le travailleur français sur son pallier devient fou !"

Anonyme a dit…

700 / 7 = 100
Le gouvernement américain dédommagera chaque habitant de 100 dollars.