vendredi 16 mai 2008

Plan autisme : un traitement de choc pour le dialogue social

Nicolas Sarkozy, ici en pleine crise, en compagnie d'un ami scientologue


Roselyne Bachelot vient de prendre à bras-le-corps le problème du gouvernement en déclenchant son plan autisme.

La Ministre de la Santé dispose d'un vestiaire permanent chez Monoprix


Alors qu'une surdité sévère semblait frapper le chef du gouvernement, d'autres symptômes ont alerté les médecins : François Fillon répète en boucle qu'il faut "accélérer les réformes". Ses proches, inquiets, ont immédiatement appelé Philippe Douste-Blazy, mais le diagnostic n'a pas franchement convaincu : selon lui,"tout semble parfaitement normal".

Puis d'autres appels se sont fait entendre, notamment dans l'entourage du chef de l'Etat, qui semblait atteint d'une vulgarité disproportionnée. "On a d'abord pensé au syndrôme Gilles de la Tourette", raconte le médecin de l'Elysée. "Il traitait tout le monde d'enculé, ou de connard, et manifestait même parfois des comportements violents".

Le cas similaire de Nadine Morano avait bien sûr déjà été constaté, mais c'est bien l'autisme qui a finalement été diagnostiqué pour tout le Gouvernement, lorsque presque simultanément, André Santini et Eric Woerth ont commencé à se payer ouvertement la tête de 200000 fonctionnaires, en proposant mettre des brassards aux grévistes. Une maladie complexe, pouvant parfois faire perdre totalement la notion de ce qui se passe autour de soi, et qui atteint principalement la Droite.

André Santini trouve ringard de faire la grève


On dénombre pas moins de 4100 députés et membres de l'UMP et du PS qui pourront bénéficier de soins adaptés à cette maladie grave, qu'on nomme déjà "la maladie de la Droite".

Une dernière tentative désespérée pour tenter de ranimer le dialogue social.

2 commentaires:

Christine a dit…

Le diagnostic n'est-il pas un peu optimiste ?
Il me semble que tous les autistes, même les moins aptes à avoir des relations avec les autres humains, sont plus ouverts au dialogue, et plus susceptibles de progrès dans la communication.

Cette pathologie relève plutôt du locked-out syndrome, forme dégénérée et décomplexée de gémellité dicephalus par fusion avec le grand capital.

Jean-Pierre Martin a dit…

T'as raison, je corrige.