mardi 18 novembre 2008

Faut-il laisser en liberté les députés UMP?

Quelques heures à peine après le drame de Thionville, au cours duquel le député UMP Jean-Marie Demange a assassiné une femme avant de se donner la mort, Nicolas Sarkozy a réuni à l'Elysée une cellule de crise. Il a ainsi expressément demandé aux ministres de l'Intérieur et de la Justice de préparer au plus vite un projet de loi permettant d'encadrer de manière plus stricte les sorties de l'Assemblée Nationale. "Les Français sont, à juste titre, choqués par ces crimes abominables. Il est temps de faire cesser ce laxisme".

Jean-Marie Demange avait voté toutes les lois contre l'insécurité

Parmi les objectifs déjà annoncés par Nicolas Sarkozy, la création d'un "fichier national des élus UMP" afin "d'améliorer la surveillance des députés susceptibles de représenter un danger pour autrui". Le Président souhaite par ailleurs que soient mieux encadrées les sorties de l'Assemblée et du Sénat. "On ne peut pas laisser filer dans la nature chaque soir des centaines d'assassins potentiels. Il faut trouver un moyen de savoir où ils se trouvent et quand".

L'acte barbare de Jean-Marie Demange est le point d'orgue d'une série d'exactions commises par les députés UMP depuis quelques années. Un spécialiste des questions de sécurité témoigne "d'une flambée de violence qui a pris un tour dramatique en 2007 avec l'éclosion de la droite décomplexée. Nous sommes confrontés à un grave problème de réadaptation à la vie réelle. Tous les députés de la majorité jouissent d'une liberté totale dans l'hémicycle pour casser. Ils élaborent des lois absurdes pour traquer les étrangers, essorer les pauvres, les chômeurs. Comment peuvent ils comprendre que sortis de l'assemblée, ils n'ont pas droit de vie et de mort sur le peuple? "

Jean-Marie Demange est à gauche (sur la photo)

Très à l'aise sur ce créneau de la sécurité, Nicolas Sarkozy promettait ce soir la "tolérance zéro" pour tous ces députés récidivistes. "Je serai sans pitié" a t-il prévenu "et à la première incartade c'est la prison". Le gouvernement est donc décidé à ne rien laisser passer et à condamner dès le premier acte d'incivilité. "La récréation est terminée" clamait le premier ministre ce soir au micro de RTL.

Le président aura t-il les moyens de sa politique? Rien n'est moins sûr car les députés UMP ne sont pas décidés à se laisser faire. C'est Dominique Paillé, le porte-parole de l'UMP, qui est monté le premier au créneau. Sans exprimer aucun remord pour le crime de sang commis par son compagnon, il déclarait que la disparition de Jean-Marie Demange "est une perte pour l'UMP". Il n'a pas été jusqu'à déclarer que le parti perdait une de ses plus belles gâchettes, mais sa sortie a choqué. Par ailleurs, le chantier paraît colossal pour faire revenir l'ordre dans cette zone de non-droit. L'UMP abrite en son sein de nombreux repris de justice, qui de Alain Juppé à Jean Tibéri en passant par Alain Carignon ou Pierre Bédier ne regrettent rien de leurs gestes et n'expriment aucune compassion pour leurs victimes. En outre, de nombreux proches du président se trouveraient de fait dans le collimateur de la loi : on se rappelle de Patrick Devedjian traitant de "Salope" la centriste Anne-Marie Comparini ou le multi-récidiviste Patrick Balkany jouant du pistolet pour s'attirer des faveurs sexuelles. Bref, la tâche paraît ardue, et il s'agira de vérifier dans quelques mois s'il ne s'agissait que d'un effet d'annonce.

Le nouveau logo de l'UMP

La garde des sceaux Rachida Dati se montrait plus mesurée sur les conditions d'application de la loi : "Les prisons sont déjà surpeuplées, là on risque l'embouteillage." Il va donc falloir réfléchir à des moyens coercitifs alternatifs à la prison. Interrogée sur les pistes explorées par son ministère, Rachida Dati se montrait évasive. Avant d'ajouter dans un sourire : "Il y a déjà le conseil général des Hauts-de-Seine..."

18 commentaires:

yelrah a dit…

Pour rire : une minute de silence à l'assemblée ...

sKaLpA a dit…

Faut que ça cesse! une seule solution, la lobotomie?
Allez, cap ou pas cap?

Huit heures vingt trois a dit…

Il faut abattre le troupeau:c'est la maladie de Creutzfeld-Jakob.

Grand Fakir Ali a dit…

Ça ressemble davantage à la rage ...

Constantin a dit…

Oui, cent fois oui, il est temps de mettre fin à l'insécurité d'âge mûr, voire au gangstérisme en carte vermeil (Papon).
Merci de l'avoir rappelé.

Anonyme a dit…

Un régal, comme toujours

Swâmi Petaramesh a dit…

Heureusement, le chef de les tas va nous nettoyer l'assemblée nationale au Kärcher, pour nous débarrasser de toute cette racaille...

Anonyme a dit…

peut etre les deputés n’avaient pas lu le recit d’un temoin :

Elle s’est effondrée sur le coup; René un voisin qui a assisté a la tragedie:

“Au debut on a entendu une femme crier au secours.
je me suis precipité vers la fenetre,raconte cet ancien CRS dont l’appartement offre une vue plongeante sur celui ou s’est produit le drame.
Ainsi positionné il a été le temoin direct des faits.

Dans un premier temps ,René n’identifie pas l’homme en furie aux cheveux blancs qu’il aperçoit sur le balcon de sa voisine d’en face.”
Il n’arretait pas de la taper ,de lui donner des coups de poing.Il voulait la ramener dans l’appartement mais elle resistait en s’accrochant a la rampe.
Avec d’autres voisins,on lui a crié d’arreter mais c’est comme s’il n’entendait rien.
Finalement il a reussi a la tirer dans le salon et on a entendu un bruit de verre brisé.”

La dispute ne va pas pourtant s’arreter la.

Alors que son fils compose le numero de police-secours
le couple reapparait sur le balcon.
“La voisine s’est retrouvée allongée par terre .C’est a ce moment la que j’ai aperçu une arme dans sa main a lui”reprend René.
La scene qu’il decrit est celle d’une execution ;
“Il l’a legerement soulevé avant de mettre son arme au niveau de sa tete et de tirer.Elle s’est effondrée sur le coup.Il l’a regardée puis,immediatement est venu placer le canon du pistolet sur sa tempe.Il a reculé vers l’appartement et on a entendu une seconde detonation.

........
T.B.

Aujourd’hui en France, edition du 18 novembre, page 13

Hub a dit…

Tolérance zéro pour les parlementaires sauvageons ! Rétablissement immédiat de la peine capitale pour les parlementaires meurtriers !

Dans un geste en cohérence avec ses prises de position exigeant la plus grande fermeté, M. Demange a eu à cœur de s'appliquer immédiatement la loi qu'il appelait de ses vœux.

yelrah a dit…

Quand ça vous démange faut se gratter l'oeil dirait Jean-Marie hein...

Anonyme a dit…

Délicieux, dans la veine du précédent sur la droite facho-libérale.
Merci et continuez !

totolezheros a dit…

Excellent !!!

gabrielle a dit…

Quoi les gosses, vous n'allez pas quand même pas criser parce que votre mère a été flinguée par un député et que ses collègues ont rendu un hommage national au tueur!

Anonyme a dit…

Et il parait que les tournantes se multiplient au sein de l'hémicycle !
Et puis qu'ils cessent de se réunir en bas des marches à plusieurs !

Anonyme a dit…

Il s’agit maintenant d’en finir avec la sarkose obsessionnelle, d’en finir avec le triomphe de la bêtise instituée grande cause nationale. Il s’agit de vouer aux gémonies l’immature m’as-tu-vu sarkosy et toute sa clique de fantoches collabos et sinistres affidés.

Evacuer le putride, le fétide, le scatologique…
Assez du petit césar tintinnabulant, du mirobolant myrmidon tiqueur tendance mirliflore mythomane qui du haut de ses talonnettes à réaction se marre lorsqu’il contemple satisfait les débris épars et fumants de la République Française!

ASSEZ, ASSEZ ! MAINTENANT QU’IL SE CASSE. VITE, VITE.
Car lorsque ça ira vraiment trop mal pour lui, qui nous dit qu’il ne jugera pas à-propos de rallumer les banlieues ?

Aka 75 a dit…

Il parait qu'en réalité, en fait de maitresse, c'était peut-être une prostituée qui faisait partie du réseau de call-girl des Agostini, élus couple d'or maquequelle UMP de l'année

http://tf1.lci.fr/infos/france/faits-divers/0,,3386298,00-salon-massage-conseiller-municipal-.html

A l'UMP, on aime les voyous. C'est notre idéologie, dans néo-conservateur-libéral il y a libéré-de-prison.

http://mange-ta-soupe.over-blog.com/article-18737479.html

A l'UMP, Christine ne criait-elle pas "Vive Tapie et les millions".

martin a dit…

MDR !!!

Oui mais les députés ça compte, c'est pas pareil, c'est des gens comme il faut, surtout ceux de l'UMP. Lui il avait des excuses, les femmes ça fait rien que d'embêter les vrais hommes, ceux qu'en ont, comme not' président, vous confondez tout. Puis maintenant vous devriez faire attention parce qu'on vous surveille, c'est à cause de gens comme vous que ça arrive ces trucs-là !

Anonyme a dit…

Bonjour. Je suis de Thionville, lieu du drame, et je trouve votre humour excellent... Après le choc des photos, le poids des mots et les vôtres sont assez sarcastiques pour m'avoir faire rire aux éclats. Il reste à mettre sous surveillance les amantes courageuses qui risquent leur vie pour paraître à la Garden Party de l'Elysée, comme cette pauvre femme assassinée. Où va-t-on ???