samedi 7 mars 2009

La sonde Kessler à la recherche des gènes du communisme



Cocorico ! Le premier prototype de la sonde Kessler, du nom du célèbre patron, ancien numéro deux du MEDEF et inspirateur du projet vient de voir le jour au Centre de Recherches en Analogie Dédiée à l'Entreprise, unité 722 du CNRS à Cachan. Les limites de l'infiniment profond sont encore repoussées.

Après avoir bougonné pendant quelques temps, les fonctionnaires du CNRS se sont finalement rendu à l'évidence que la Science ne pouvait pas plus longtemps résister à la modernité, et c'est donc aujourd'hui la branche scientifique du MEDEF qui pilotera la plupart des grands projets du CNRS, de l'INSERM et de l'INRA, de manière à appliquer à la lettre la culture d'entreprise et la politique de résultat à la Recherche Française.

Et les résultats ne se sont pas fait attendre. Pour arriver à ce petit bijou de technologie, les chercheurs français se sont donc retroussé les manches pour calibrer la première sonde anale au monde capable de détecter avec précision la présence de certains gènes dans un organisme humain, devançant ainsi les américains. C'est ainsi qu'est née la sonde Kessler, dont la première application sera effectuée dans le domaine de la Sécurité Intérieure. Elle sera en effet capable de déterminer les gènes du communisme avec une précision de 1,05 fentomètre, soit un millionnième de millionième de mètre, de quoi impressionner la communauté scientifique internationale.

Une statue à l'effigie de Denis Kessler à l'entrée du CRADE


On entrevoit dès lors les perspectives : industrialisation puis commercialisation dans les écoles maternelles, traitement des populations à risque, libération des entraves au marché, mais également baisse du chômage puisque, à terme, le projet pourrait être créateur de 800 000 emplois en trois ans. La sonde anale Kessler pourrait ainsi devenir le fer de lance de l'économie sarkozyste.

Aussi, pour devancer les critiques, le président Kessler a tenu personnellement à essayer sur lui-même le premier prototype afin de prouver le caractère inoffensif de l'engin, un peu à la manière dont les policiers testent le TASER avant de mitrailler les manifestants récalcitrants, mais pas tout-à-fait de la même manière non plus.

Le président Kessler en pleine séance de tests


Assumant parfaitement son passé marxiste et maoïste, l'ancien alter ego de Dominique Strauss Kahn pourrait ainsi faire d'une pierre deux coups en rassurant les derniers actionnaires de SCOR encore réticents à sa présence, bien qu'il ait largement fait ses preuves depuis son retournement de veste. « On était inquiet, mais ce fut un choix particulièrement heureux », affirmait Jean Peyrelevade. Et les résultats sont là : aucun gène communiste restant n'a été détecté chez Denis Kessler.


DSK n'en revient toujours pas des résultats obtenus : "Oh le salaud !"


Le gouvernement, sans faire de déclarations sur le sujet, semble toutefois très satisfait. La collaboration entre les ministères fonctionne bien : ainsi, c'est une population béta d'environ un millier de sphincters ultragauchistes, terroristes anarchistes et communistes qui, avant la fin de l'année, devrait être fournies par les services du ministère de l'intérieur pour étalonner la sonde. De quoi expliquer peut-être la tendance chasse-à-l'homme qui règne actuellement sur le sol français. Le projet pourrait, selon les résultats, être étendu à l'ensemble du sol national et équiper les services de douanes, de police de proximité. Les entreprises ont également des vues sur le projet pour équiper leurs services des ressources humaines.

Nicolas Sarkozy espère, grâce à ce projet, éradiquer les derniers métastases du communisme en cinq ans.

La main de fer du marché dans un gant de latex, une fois de plus, va se loger inéluctablement aux endroits que sa morale lui indique.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Je suis en mesure de confirmer l'info ! Voici, sur le site chinois d'information, une image de Mr Kessler, en expédition en Chine pour tester sa sonde anale, laquelle a donné des résultats très positifs (M. Kessler en est d'ailleurs rouge de confusion néo-mao-libérale en abrégé néo-confucianalisme).
http://www.french.xinhuanet.com/french/2009-03/03/content_828780.htm

Grand Fakir Ali a dit…

Quand même,ça risque d'être compliqué cette affaire de sonde. C'est qu'à force de se faire mettre, on en a plein le cul ....

Anonyme a dit…

Mais que fait-on pour les républicains ?...

Chomp a dit…

Encore un billet à mettre dans les Anales

yelrah a dit…

Vers quelle planète la sonde ?
Uranus peut-être ?

yelrah a dit…

Vache, DSK, c'est des psylo-thernobyl, la claque...