mardi 15 juillet 2008

Défilé du 14 juillet à Carcassonne : moins de monde que prévu

Après quelques réglages, la répétition s'était pourtant bien déroulée


C'est dans une ambiance intimiste que s'est déroulée hier la cérémonie du 14 juillet à Carcassonne. Alors que l'édition 2007 avait terminé en fanfare, le 3ème RPMI offrant même aux civils venus faire la fête de la France des tours gratuits de parachute en famille et des ballades en char à travers la ville dans une atmosphère bonenfant, c'est sur un ton plus officiel que s'est déroulée cette année la cérémonie.

Pourtant requinqués à l'idée d'avoir bientôt enfin un peu d'action en Iran, et galvanisés par le Président qui s'est dit "fier" de ses "incapables", comme il aime les appeler affectueusement, ceux-ci ont probablement souhaité que l'édition 2008 soit inscrite sous le signe du sérieux et de la concentration. Finis les tirs de joie en l'air, à la turque, finis les cubis de Chardonnay, place aux bottes cirées et aux marches en cadence, ce qui n'a visiblement pas attiré le public : moins de 16 personnes étaient présentes, et exclusivement des touristes de passage dans la région.

Dernière étape de la répétition : la simulation à balles réelles


Venus pourtant nombreux la semaine dernière pour assister aux "simulations" d'opération militaire, ils auront probablement préféré pour le 14 juillet le bal des pompiers et les accordéons.

Sinistrose due à la conjoncture internationale, présence de "dirigeants forts" sur le sol français, un raidissement s'est fait sentir chez les civils, qui reste à l'heure actuelle encore inexpliqué.

Le désamiantage est très dangereux : c'est pourquoi il avait au départ été envisagé de le faire faire par des étrangers


Après le désamiantage du Clémenceau, symbole d'une France enfin nettoyée, resteront quelques fignolages, quelques tours de vis et hop ! la France sera bientôt prête à l'action internationale, pour le plus grand bonheur des téléspectateurs français, qui souhaitent bien voir leur pays qui se lève tôt le matin avoir les couleurs de la Gaule hissées haut.

2 commentaires:

kairel a dit…

"qui se lève tôt le matin avoir les couleurs de la Gaule hissées haut"

Je préférais le premier jet sans toutes ces couleurs!!

emcee a dit…

Un adepte du raidissement, je présume?

Eh, oui, nous piaffons d'impatience. Quand donc nos militaires pourront-ils enfin se dégourdir les jambes après l'inaction imposée inconsidérément par le président précédent?

@JP, ne serait-ce plutôt la "conjoncture"?