jeudi 19 février 2009

Le général Bigeard nouveau médiateur pour la Guadeloupe

Alors que le conflit s'enlise en Guadeloupe, le gouvernement français a décidé de frapper fort pour ramener à la raison les émeutiers. En effet, le général Marcel Bigeard, 93 ans, a été désigné médiateur gouvernemental avec pour mission de ramener l'ordre et d'achever les négociations avec le LKP. "Il nous a semblé que seul un homme de sa trempe, avec toute son expérience, était capable de trouver une issue par le haut à cette crise" a déclaré François Fillon.


"On va défendre les Antilles Békés ongles"

Le recours au Général Bigeard peut apparaître comme une solution d'urgence face à la confusion qui règne sur l'île. Cependant, cette nomination couvait depuis près d'une semaine. Jusque là, le mouvement de grève baignait dans une indifférence polie, sous le regard paternaliste et bienveillant des médias. Mais, alors qu'Yves Jégo bouclait une négociation rondement menée, les rubiconds du LKP dans un acte irraisonné et jusqu'au-boutiste le franchissait ...le Rubicon : ils exigeaient une augmentation de 200 euros des bas salaires. Une véritable déclaration de guerre au MEDEF. Sentant pointer le danger de la contagion (car c'est bien une maladie la rougeole), le gouvernement rapatriait le soldat Jégo et changeait de tactique. C'est là que l'idée géniale de faire appel à l'ancien combattant d'Indochine et d'Algérie a germé dans l'esprit du président. Sorti de sa retraite à Toul, "au nom de l'intérêt supérieur de la Nation", le général a tout d'abord tenu un rôle de conseiller occulte avant de faire son coming-out ce matin.

Ainsi, c'est lui qui réorienté la communication gouvernementale. Grâce au soutien des médias dominants (toujours unis en temps de guerre), il a transformé les gentils grévistes luttant contre l'exploitation en des "bandes de jeunes, cagoulés, armés, parfois sous l'emprise de stupéfiants, pour certains âgés de 15 ans". De même, le combat contre la pauvreté et l'inégalité est devenu une vulgaire expression d'un "racisme anti-blanc". "Je ne pensais pas que l'opération médiatique réussirait si bien. Les médias ont été parfaits" déclarait en privé Marcel Bigeard dans l'avion qui l'emmenait vers les Antilles. La deuxième phase de son plan pouvait entrer en action : le pourrissement de la situation.


"Voilà à quoi doivent ressembler les Antilles après le départ de Bigeard"

C'est dans cette optique qu'il faut interpréter l'envoi de gendarmes supplémentaires sur l'île alors même que la situation était encore calme. "Il sufffit d'une petite étincelle pour mettre le feu au poudre" confiait il y a deux jours le militaire en retraite à Michèle Alliot-Marie. "Un ou deux tabassages par les forces de l'ordre, des incendies de magasins fort à propos, et on l'aura notre prétexte pour opérer une opération de maintien de l'ordre de grande ampleur". Et une fois de plus, le génie visionnaire de Bigeard s'est réalisé. Dans la nuit de mardi à mercredi, un syndicaliste tombait sous une balle. Le préfet et la ministre, tels des écoliers pris sur le fait, se dépêchaient de dédouanner la police. Tantôt on accusait des émeutiers ivres de violence, tantôt on criait à "l'assassinat" ou à la balle perdue. En vieux routier de la répression, Bigeard n'attend rien des résultats de l'enquête : "On se fout de qui a tué ce pauvre syndicaliste.Tant mieux si la police n'y est pour rien, ça nous laisse les mains libres pour régler le conflit". Un conflit qui fera d'autres victimes, car comme l'affime la presse, ce n'est que la "première" victime.

C'est donc ce matin que le premier ministre a officialisé la mission du Général Bigeard. "Il va reprendre la situation en main. Je pense qu'avec les méthodes qu'on lui connaît, et qui ont fait leurs preuves, le LKP devrait rapidement accepté les propositions qu'on va leur faire sur l'augmentation des salaires. Les discussions devraient être courtes" s'enthousiasmait le François Fillon. Si Marcel Bigeard est resté vague sur les moyens qu'il comptait employer pour sortir la Guadeloupe de l'ornière, il est permis de penser qu'il tentera d'appliquer les spécialités qui ont fait son succès en Algérie. Ainsi, il se murmure que des groupes électrogènes ont été embarqués à Orly, direction la préfecture de Pointe-à-Pitre. De même, des hélicoptères devraient être utilisés pour faire admirer le paysage aux syndicalistes récalcitrants. Une remise au goût du jour des "crevettes Bigeard" qui aura au moins le mérite de faire rire Silvio Berlusconi : "Ce dictateur argentin qui, pour éliminer ses opposants les mettait dans un avion avec un ballon, et ouvrait ensuite la porte en disant: 'c'est une belle journée dehors, allez jouer un peu'. Ca fait rire, mais c'est dramatique". Mais ça fait rire.

Les spécialités locales devraient servir aux sbires de Bigeard pour persuader les réfractaires


Du côté guadeloupéen, l'effroi de l'annonce a fait place à l'espoir. Comme le déclarait un membre du LKP au vu du palmarès de Bigeard : "On va souffrir le martyre pendant des années, mais normalement au bout du chemin, c'est l'indépendance".

12 commentaires:

sol a dit…

Ainsi, il se murmure que des groupes électrogènes ont été embarqués à Orly...

Vous voulez dire des groupes électrogégènes, sans doute ??

Le caillou dans la chaussure

jedje a dit…

Si j ai bien compris
au menu

crevettes
et banane plantain ...

en fait C est un stage de cuisine
pour l armée ...pardon la gendarmerie

en plus
ya du rhum

c est la fete aux caraibes ..!

Nobo a dit…

Les nègres ne sont plus ce qu'ils étaient ...:

Le « nègre horizontal »

echomedia a dit…

Pourquoi ne pas aussi leur envoyer la note de chauffage ? nous les en dessous de zéro ne sommes nous pas exploités par la météo ( ha la vie est belle pour ceux qui peuvent skier) pourquoi ne pas aussi leur envoyer le prix auquel on paye le poisson , les fruits et produits tropicaux ?....on est en république non ? ces gens on le droit de savoir

yelrah a dit…

Bigeard, vous avez dit Bigeard ?

Lapin a dit…

C'est un poisson d'avril en avance?
Vos sources?

yelrah a dit…

Comme dirait mon Belge préféré, poisson d'avril en février, t'attapes plus de monde.

valerie a dit…

"bandes de jeunes, cagoulés, armés, parfois sous l'emprise de stupéfiants, pour certains âgés de 15 ans"."
Il manque les termes "flemmards" et "cannibales".

soyons précis quand même.

piedo a dit…

@ Valérie

Précision pour précision, je trouve suspect que l'auteur de cet article intéressant ne mentionne pas l'origine ethnique de ces fauteurs de trouble.

Saloperie de tabous républicains bobos bien-pensant droits-de-l'hommistes de gauche.

sKaLpA a dit…

Vas-y Marcel chauffe la gégène!

Anonyme a dit…

Quelles sont vos sources ?
Personne n'en parle dans les médias traditionnels.
C'est énorme.
Cordialement.
OA.

John a dit…

C'est dans Signal.
Vous pouvez retirer un exemplaire à la Kommandantur, c'est gratuit.