mercredi 4 novembre 2009

Dernier inventaire avant liquidation

« C’est fini on liquide. Avec le rachat total de la société par le groupe Europe Store, les restructurations engagées depuis quelques années vont s’accélérer. Les salariés vont sérieusement morfler ». Mathieu B., délégué syndical de la société France Gourmet, n’est guère optimiste. A partir du 1er décembre prochain, sa petite entreprise d’agroalimentaire passera sous le contrôle d’un géant du secteur. Histoire exemplaire de la globalisation de l’économie.

Antoine B., salarié depuis le 19 juillet 1977 chez France Gourmet, est un témoin privilégié des mutations de sa boîte. « Après des années de croissance florissante, les dirigeants ont décrété l’état de crise permanent. Qui a permis de justifier la stagnation de nos salaires et surtout l’ouverture progressive du capital au groupe Europe Store ». L’arrivée du géant européen marque le début des régressions sociales. On ampute les retraites, la couverture maladie. « Le maître mot était l’uniformisation. On devait rentrer dans les normes du groupe ».

L'ancien règlement intérieur de France Gourmet

Mais c’est en 2005 qu’a lieu le tournant historique. Les salariés sont appelés à se prononcer par référendum sur le rachat total de l’entreprise par Europe Store. Le NON l’emporte largement. « C’est à partir de là que la politique de l’actionnaire s’est durci. Ils ont nommé un nouveau conseil d’administration chargé de faire accepter le projet de rachat ». Et c’est chose faite en 2008. Faisant fi des desiderata des salariés, la nouvelle direction entérine la prise de pouvoir d’Europe Store. Le dialogue social se modernise.

Le dialogue social est au beau fixe dans l'entreprise

Depuis on liquide chez France Gourmet. Éric Besson, responsable marketing, est chargé de l’inventaire. Avec l’opération « Identité Nationale », il s’agit d’avoir une vue exhaustive des stocks de l’entreprise qui doit permettre de rationaliser la production. « C’est une opération qui a été initiée il y a déjà quelques années. Mais là, avec le rachat, on donne un dernier coup de collier ». L’objectif affiché est double. Tout d’abord se débarrasser des marchandises inutiles car trop spécifiques. Éric Besson explique : « Historiquement, l’entreprise a produit tout et n’importe quoi. Europe Store exige une cohérence. A une époque France Gourmet possédait une branche Liberté, Égalité, Fraternité (Rires). Depuis quelques années, on a choisi de se désengager du secteur. Trop cher, pas assez rentable. On a coupé dans le vif. Réduction drastique des libertés, aides fiscales aux plus riches, traque aux immigrés, autant de mesures qui devraient permettre de retrouver la rentabilité. Et de satisfaire l’actionnaire ». Ainsi les années qui viennent devraient voir la fermeture définitive des filiales Protection sociale et Service Public.

L'inventaire a permis de retrouver de vieilles affiches rigolotes


Le second objectif est de capitaliser sur les points forts de l’entreprise : « Le racisme, la guerre aux pauvres, le nationalisme, autant de marchés très porteurs dans toute l’Europe ». Malgré tout, France Gourmet reste une entreprise en forte difficulté. Et qui licencie énormément : « Je ne parlerai pas de licenciements. On redéploie. Ainsi on engage beaucoup de policiers ! » s’insurge Éric Besson.

Le nouveau Directeur des Ressources Humaines est une directrice

Depuis 30 ans qu’ils subissent les restructurations, les salariés n’y croient plus : « La colère monte. Les salariés travaillent toujours plus pour gagner toujours moins. Et malgré nos efforts, les dettes de l’entreprise sont colossales ». Une dette qui s’accroît toujours plus et qui laisse planer des soupçons de corruption. Ainsi, un expert d’analyser : « Les pertes de France Gourmet ne sont pas perdues pour tout le monde. Il y a de fortes chances que cette société ne soit qu’un simple écran de fumée qui permette d’engraisser illégalement des grands groupes. Les noms de Bouygues, Dassault, Lagardère, Bolloré sont souvent cités… ».

7 commentaires:

mAt a dit…

Su-perbe...

Tehla a dit…

Exquis

turandot a dit…

Excellent !
Ce traité qui passe ...sans réaction ,comme si c'était normal .
Vous tapez encore une fois dans le mille...malheureusement !

Anonyme a dit…

La direction de France Gourmet tient à s'élever contre ces accusations mensongère véhiculées par des journalistes qui n'ont pas encore compris pour qui ils travaillaient, et à réaffirmer qu'elle œuvre pour le bien de tous... bla bla bla... notamment les plus modeste... bla bla bla... etc.

pièce détachée a dit…

Vous n'avez rien compris. Europe Store se redéploie dans l'Hygiène : cinq fruizélégumes par jour (la saine lecture du Traité de Lisbonne vous indiquera où se les mettre).

Anonyme a dit…

Vous oubliez la plus belle performance d'Europe Store dont se vantait encore hier encore son dircom Xavier Bertrand : 96 000 postes non remplacés. Quel autre industriel peut-il se vanter d'un tel score ?

damien a dit…

c'est qui le moustachu ? ;-)