dimanche 17 mai 2009

Une solution au piratage : le film de merde

Internet, c'est plein de Chinois, et de pirates. En plus, il pleut et c'est tout sombre. Mais Johnny s'en fout. Car il a une mission : récupérer les 10% de ventes qui lui reviennent DE DROIT, jusqu'au fond des chiottes


Le CAMED (Collectif des Artistes Millionnaires Engagés A Droite) n'en finit plus de créer. Le soir, le matin, en voiture, aux toilettes, au restaurant à Londres, à Gstaad, c'est un quintal de matière grise qui produit des dizaines de nouvelles connexions neuronales à chaque instant. La dernière trouvaille n'est certes pas d'ordre artistique, car avec tous les soucis informatiques ça n'est pas évident. Elle est plutôt de l'ordre de la stratégie commerciale, voire géopolitique.

Ils s'y sont mis en effet à deux Johnnies dans leur garage pour confectionner cette bombe sale médiatique nommée Vengeance, présentée cette année au festival de Cannes. Le concept est simple : réaliser un film tellement nul à chier que même les pirates n'oseront pas le télécharger. En revanche, le battage médiatique traditionnel permettra d'assurer tranquillement le nombre d'entrées habituel selon la méthode largement éprouvée. Certes le bouche à oreilles sera mauvais mais qu'importe, ceux qui sauront auront déjà payé, et les autres devront confronter les avis discordants pour finalement, se faire "une opinion" par eux-mêmes pour enfin participer à la "polémique". Double avantage, le bouche à oreilles découragerait totalement les pirates qui n'ont pas que ça à faire de se taper des navets, alors que des milliers de chefs-d'-oeuvre sont en attente de visionnage dans leurs disques durs.

C'est un coup dur pour nous. Bientôt ça vaudra même plus le coup de télécharger des films. Personnellement, j'envisage de me reconvertir dans l'islamisme extrémiste. Ce sera une progression logique dans ma carrière d'enculé.


C'est bien vu, et si ça marche, ça fera bien les pieds aux pirates. C'est ainsi que Vengeance (dont l'allusion au téléchargement illégal ne fait aucun doute) est une sorte de film réalisé par Johnnie To et joué par Johnny Hallyday et des acteurs professionnels en mauvaise passe financière. Un gros navet. Mais qu'importe ! Le but est avant tout de sensibiliser le public à l'idée que la priorité n'est pas de faire des bons films mais bien de les vendre. Car l'industrie du divertissement n'a que faire des chefs d'oeuvre qui n'intéressent personne. L'industrie du divertissement est responsable, elle emploie et nourrit des dizaines de milliers de personnes, elle remplit une mission de service public et doit de ce fait être rentable. Selon une source proche, elle menacerait même de liciencier une personne par film téléchargé si la loi "Création de Valeurs et Internet" ne passe pas.

On entend déjà la critique : "Vous ne faites que de la répression, vous n'encouragez rien". Un peu facile. C'est pourquoi, dans un prochain amendement à la loi "Création de Valeurs et Internet", il serait question de permettre une déduction d'impôts aux contribuables pouvant justifier être allé voir "Vengeance" en salle, ou de s'être procuré légalement les intégrales de Johnny Hallyday et des autres membres de la CAMED. Christine Albanel souhaite ainsi élever le combat de Johnny au rang de cause nationale.

Pourtant, certains critiquent déjà la stratégie au sein même de la majorité politico-médiatique :

"On a déjà essayé aux Etats-Unis, regardez ce que ça a donné. On les a inondés de bouse culturelle pendant trente ans, résultat : au lieu de rejeter maintenant ils en redemandent. Durant les dix dernières années, les téléchargements ont monté en flèche, évidemment." nous explique le Directeur de la création artistique et des produits dérivés chez Universal. "Résultat de la manoeuvre : on se retrouve aujourd'hui avec un manque à gagner sur les produits culturels de l'ordre de deux mille milliards de dollars. On est pas loin de penser que les subprimes à côté, c'est de la pisse de chat. ", ajoute-t-il gravement.
"Non, aujourd'hui, on n'a certes pas besoin de faire de bons films pour vendre. Mais ça ne dissuade pas pour autant le piratage, au contraire".

On serait bien loin de la solution miracle, mais comme disait Rama Yade sur un autre sujet : "Dans une ville il faut tout tenter". Johnny s'est approprié la formule pour ce qui est du combat pour la création, et si cette nouvelle stratégie commerciale ne fait pas ses preuves, au moins a-t-elle le mérite de relancer le débat national et peut-être donner des idées aux jeunes créateurs. Créateurs artistiques, créateur d'entreprises, créateurs de portefeuilles de valeurs boursières, de publicité, bref tous les métiers de la création pourraient se retrouver unis dans ce mouvement.

Alors Johnny tient bon malgré la tourmente. Il déclarait récemment dans une interview au Caesar's Palace de Las Vegas :

"Si ça doit changer ça changera, je ne vendrais pas mon chalet" (Mediapart, 03 mars 2009)

"C'est pas tant que j'aime la montagne, mais j'en fais une question de principe"

18 commentaires:

Anonyme a dit…

"Christine Albanel en ainsi élever le combat de Johnny au rang de cause nationale"

Jean-Pierre Martin a dit…

merci

Zetura a dit…

C'est pas pour dire. Mais j'ai vu la bande annonce du film au ciné, et ça à l'air d'être un bon film d'action quand même. Sur le coup, j'ai vu Johnny, je me suis dit, olala malheur ! Mais en fait ça doit pas être pire qu'un film de Besson…

Jean-Pierre Martin a dit…

Ouais bon... je ne sais pas, je n'irai pas le voir. J'ai quand même l'impression que c'est un ramassis de clichés usés, réusés, rereusés.

Le problème avec les "bons" films d'action, ceux qu'on regarde pour "pas réfléchir" sinon "c'est trop priz 2 taite" c'est que t'en as vu 1 tu les as tous vus...

Franchement le mec énervé parce qu'on a tué sa femme et ses enfants et qui décide de partir en mission avec son flingue, pffff comment dire... Je l'ai pas vu mais je peux te le raconter si tu veux.

Anonyme a dit…

"ADRIAAAAAAAAAAAAAAANE !"

Kaos a dit…

J'ai peur que l'analyse soit parfaitement mensongère : en effet, pour contrer les effets du piratage, l'industrie du cinéma ne produit pas du film de merde pour dissuader le piratage, non! Elle plagie ses propres films, elle en fait des milliers de copies sous des titres sans cesse renouvelés (mais sans abuser non plus, on n'est pas des artistes! - même si onlesaime.com).
L'auto-piratage permanent est désormais rentable! Tremblez, partisans du libre et du gratuit! Vous n'avez pas le monopole-du-piratage© !

ko a dit…

Un bon film d'action qui fait pas bobo à la tête mais fait (un peu) briller les yeux d'amusement (à condition de ne pas avoir rangé son âme de midinette trop loin au fond du placard), c'est la bande à Dany Ocean qui le joue : scénar malin, belle mécanique filmique, acteurs qui se régalent et nous régalent, le tout sans trop se prendre au sérieux. Comme quoi, c'est possible, avec du talent et de l'humour (mais c'est quand même drôlement mieux en VO, et c'est plus difficile de trouver les VO en téléchar... oups... j'ai rien dit...)

Claudius a dit…

Interview de Johnny sur Canal :
"oui, je me suis bien entendu avec Godard, contrairement à d'autres, peut-être que c'est qu'on est compliqué tous les deux
[...]
Oui il est possible que je me tourne vers la mise en scène ..."

sKaLpA a dit…

Moi, je me dis qu'il y a encore du boulot pour les pirates... En Somalie...

Johnny, il aurait pas un bateau?

gauchedecombat a dit…

Bravo ! enfin une réponse à ces artistes autrefois engagés qui tournent dans le sens du vent qui a une odeur : celui de l'argent...

Résistance ! A Hadopi.

cyclomal a dit…

Après le piratage, la discrimination! Ce blog ne s'améliore pas, décidément. Un film de Johnny ou un album de Sardou ont le droit d'être piraté sauvagement, de voir leur vedette pillée, ne serait-ce que pour flatter leur ego! Et qui va m'empêcher de pirater une bouse et de me faire sucrer connement ma connexion internet si c'est mon choix? Vivement une pétition d'"artistes" réclamant un piratage de leurs "oeuvres" comme marque de respect pour leur abnégation à déféquer dans le poste!

Il fallait que cela soit dit.

Hamsterviolent a dit…

je vous trouve tout de même durs avec Johnny. Il a joué dans des chefs d'oeuvre, je me souviens notamment d'un court-métrage où il effraie un loup dans une forêt enneigée en hurlant "Optic 2000". Qu'est-ce que c'était émouvant, l'homme contre la nature tout ça tout ça...

wiwi a dit…

desolé mais le film est excellent comme souvent pour les films de johnnie to (pas ceux de l'autre johnny!!)et devrais battre justement des records de piratage sur les plateformes de telechargement de ciné asiat', comme tous les films de johnnie to!!!

ZapPow a dit…

Si je comprends bien, l'auteur du billet n'a pas vu le film, et se base uniquement sur la présence de Johnny Halliday pour en conclure qu'il s'agit d'une bouse. Un johnny Halliday qui, quoi qu'on en dise, a su faire preuve de talent dans des films de Godard, Costa-Gavras, qui a su remettre son image en question, s'est parodié, et s'est montré particulièrement convaincant dans "L'homme du train" face à Jean Rochefort. Un Johnny Halliday qui, n'eut été son succès dans la variété, aurait probablement fait une très belle carrière cinématographique (il a commencé par ça, d'ailleurs).

Quant à Johnny To, c'est un des grands réalisateurs de Hong Kong, l'homme qui a fait découvrir à l'Occident Michelle Yeoh et Maggie Cheung (cette dernière a même tourné un film français). Johnny To, c'est le réalisateur de "Exilé", "Election 1", "Election 2", "Mad detective", de grands films qui vous clouent dans votre fauteuil.

Fir a dit…

"Le problème avec les "bons" films d'action, ceux qu'on regarde pour "pas réfléchir" sinon "c'est trop priz 2 taite" c'est que t'en as vu 1 tu les as tous vus..."

Mh.
Mais t'as déjà entendu parler de gens comme Verhoeven ou McTiernan ou pas du tout ?

Isa a dit…

Le genre de films (comme la majorité des films) sur lesquels Jean-Patrick Manchette a fait des billets très lus pendant des années sans jamais en avoir vu un seul (ce qu'il a avoué quelques années après...)

Vonnegut a dit…

Ce qu'il y a c'est que moi j'achèterais bien tout plein de CD et de DVD mais la moitié de mon salaire passe dans le loyer... dommage...
Quand on voit qu'un DVD coûte eviron 25 euros dans le circuit normal ça en fait vraiment un produit de luxe. Encore plus cher que les livres (pour 2h d'un film généralement pas impérissable).

Tauphraim a dit…

Malheureusement, sans avoir vu le film, JP Martin a raison. L'ayant vu hier, c'est une bouse ! Johnny est plus que mauvais et devrait rester en retraite à Gstaad.

C'est d'ailleurs hallucinant la propagande positive qui est fait sur ce film par les medias (un peu dans le même style que pour le dernier OSS 117)

Dommage car il y a quand même quelques plans sympas, des "vrais" acteurs (Anthony Wong) mais ça reste bien loin de ce que Johnie To a pu réaliser (the mission, election...)