mercredi 13 mai 2009

Elections Européennes : L'Elysée envisage d'interdire le journal Fakir

"On ne peut pas laisser une feuille de chou négationniste mettre à mal le pacte républicain. Nous allons faire en sorte de faire cesser cet affront à la Nation". L'objet du courroux de Nicolas Sarkozy? Le journal Fakir.



Alors que la campagne pour les élections Européennes se déroule dans une salutaire confidentialité, la pravda picarde menace le consensus démocratique, en sortant une édition nationale entièrement consacrée à l'Union Européenne. Un numéro qui affiche comme objectif de "punir (...) l'UMP, le Modem, les Verts, le PS", tous accusés dans un éditorial infamant d'avoir trahi le vote du peuple en ratifiant le traité de Lisbonne. Des accusations qui fleurent bon le "populisme des années 30" comme le regrette le socialiste Vincent Peillon.

Et c'est l'ensemble de la classe politique qui monte aux créneaux, regrettant les basses attaques que doit essuyer l'Europe dans ce "torchon populiste" comme le surnomme François Bayrou. "Les Français ont approuvé à une très large majorité le traité de Lisbonne via le congrès, il est inadmissible de réécrire l'histoire en montant le peuple contre ses élites et en ressuscitant le fantasme de la lutte des classes" tonne le Parti Socialiste dans un communiqué. Il est vrai qu'il peut paraître inconscient de rouvrir les vieilles blessures du passé, à l'heure où la réconciliation nationale se met en œuvre. Car de la division de la gauche de gauche à la reddition d'anciens nonistes, la France semblait aborder cette campagne européenne avec le calme d'une démocratie moderne qui ne craint plus la réforme.

La campagne du Parti Socialiste bat son plein

Malheureusement, l'équipe de Fakir, non contente de mettre de l'huile sur le feu social, développe aussi des thèses révisionnistes insupportables qui posent la question de la liberté de la presse. Ces pseudos journalistes vomissent à longueur de pages la "propagande d'une Europe" comme symbole de "paix et de prospérité" et laisse libre cours à leur ridicule paranoïa, dénonçant l'hydre d'une Union Européenne bâtie sur le dos des peuples, faite pour les banquiers par les banquiers et pilotée par les lobbys industriels. Comme si la "liberté de circulation des marchandises et des capitaux" n'étaient pas un préalable nécessaire au bonheur des peuples. En outre, le journal est truffé de parallèles démagogiques entre l'économie libérale prônée par l'Union et la crise financière qui frappe le monde.

Devinez lequel je vais vous mettre

Par ailleurs, l'arrivée de Fakir sur le marché de la presse nationale n'est pas faite pour réjouir les grandes enseignes traditionnelles. Car de Libération au Figaro, en passant par l'Express ou Marianne, on réprouve les méthodes utilisées par Fakir. Ainsi, Laurent Joffrin s'indigne de voir "des peigne-culs violer les grands principes constitutionnels. Ils font des enquêtes, vont sur le terrain, recoupent les informations, étayent leurs propos. Bref ils ne respectent aucune des normes en vigueur dans les grands journaux français. Ils enfreignent les lois de la concurrence libre et non faussée. C'est un véritable dumping intellectuel!!" Parole d'expert. De plus, Fakir ne rend de compte à aucun actionnaire majoritaire et n'inonde pas ses pages de publicités. Autant d'entraves à "l'économie sociale de marché hautement compétitive".

Conférence de rédaction à Fakir

Devant cette levée de boucliers, le gouvernement envisagerait de légiférer pour prévenir tout futur dérapage. Ainsi, à l'image de ce qui a été fait pour le drapeau et l'hymne Français, François Fillon voudrait créer un délit d'outrage à l'Union Européenne et aux valeurs ultra-libérales. Cependant, le gouvernement, qui hésite encore à en passer par la loi par peur d'apparaître comme le censeur, pourrait être devancé par la justice anti-terroriste. En effet, Michèle Alliot-Marie annonçait ce soir l'ouverture d'une enquête pour terrorisme à l'encontre de la rédaction de Fakir : on soupçonnerait le journal d'appartenir à la mouvance d'ultra-gauche journalistico-autonome. D'après la ministre de l'Intérieur, "les preuves matérielles s'accumulent autour de la secte Fakir. Beaucoup d'entre-eux se déplacent en train, et je viens d'apprendre à l'instant que Julien Coupat avait souscrit un abonnement".


10 commentaires:

yelrah a dit…

Ben quand même, un Fakir hors des passages cloutés...

Godilhaire a dit…

Il faut raison garder !

C'est un journal de campagne du NPA !

Le Monde est bien un journal de campagne d'autres idées politiques ?

Le Figaro de l'UMP et de l'industrie de l'armement français.

Et le gouvernement n'a-t-il pas la publicité institutionnelle pour s'exprimer ?

La rédaction est un peu meilleure que les torchons de l'autre extrême. Le contenu est engagé.

Mais faut-il écrire les même choses que Le Monde, dictature de la pensée unique à la française, pour ouvrir la démocratie ?

C'est l'expression de national traditionalisme français, là à gôch'.

Il ne faut pas en faire une montage !

Je me demande si ce n'est pas une stratégie de campagne de l'UMP ou du concensus mou français, ce qui marque le vide de la pensée politique française, à l'image d'un Jean-Louis Debré qui sort un livre de merde sur les "dynasties républicaines" et légitime ainsi l'absence de république en France.

Faudra-t-il demander à Debré sur l'exil se re-fera ? vers le Luxembourg, la Suisse ou Monaco ?

Il est à craindre qu'il en soit effrayer, car ce sont des États multilingues ...

Les plutocrates au pouvoir ou qui envisagent le pouvoir, sont des nuls !

Gontrand de Trélas a dit…

Ca sent la publicité clandestine cet article.
La commission "éthique et marketing" tient à rappeler que le placement de produit est prohibé sur ce blog.

Franz a dit…

Pas familiarisé avec ce type d'humour un peu déroutant. Une fois le second de gré identifié, j'adhère au propos. J'ai toutefois du mal à croire que Joffrin ait dit :
"[des] peigne-culs violer les grands principes constitutionnels. Ils font des enquêtes, vont sur le terrain, recoupent les informations, étayent leurs propos. Bref ils ne respectent aucune des normes en vigueur dans les grands journaux français. Ils enfreignent les lois de la concurrence libre et non faussée. C'est un véritable dumping intellectuel"

Pour le reste, les Français ont approuvé massivement le traité de Lisbonne comme ils l'ont fait pour le TCE. A condition qu'on ne leur pose pas la question

Amicalement
Franz

Grand Fakir Ali a dit…

Ah, si tous les fakirs du monde pouvaient se donner la main ...

Isa a dit…

Il y a du Vienet des meilleurs jours dans vos détournements. C'est très appréciable.

tgb a dit…

@Franz

si Joffrin ne l'a pas dit il l'a pensé très fort

pour dire même ses désabonnés l'ont entendu

longue vie à Fakir

franck2009 a dit…

J'irai chercher Fakir demain, un numéro collector si le nain le fait interdire la semaine prochaine.

Si en plus Fakir est révisionniste , je craque , j'en achète deux...

Rien de ce qui peut les emmerder ne doit mettre inconnu.

EdkOb a dit…

Je vais devenir Sarko-compatible. Et aussi Modemo-compatible.
Voire même Socialo-compatible (bon, c'est quand même un peu pareil, cette tri-compatibilité).

Bref, compatible avec tous ceux qui veulent faire taire Ch'Fakir.

J'ai acheté 2 exemplaires de ce numéro spécial neuneurope ! C'est une trop longue histoire, mais pour faire court, j'avais oublié le premier exemplaire (dont la lecture était prévue dans un train), d'où le rachat.

Donc, si c'est interdit, je gagne du fric. Vu que ce spécial neuneurope va voir son cours grimper !

Jamais je n'aurais envisagé qu'acheter Ch'Fakir ferait de moi un homme riche.

Trop fort! A moi les paradis fiscaux ! Enfin je vais être tellement pété de thunes (pardon, enfin protégé par un bouclier fiscal) que je vais immédiatement engager des coach pour m'aider à gérer cette soudaine fortune.

Attention, ce message est rédigé par un délinquant qui fraude l'hadopi. Eloignez-vous de l'écran, svp, sinon, vous voilà complices.
Trop tard ! Je sais que vous êtes encore là, devant l'écran !

@ bientôt, en passant.

pièce détachée a dit…

Ah bien ouiche ! Si les abonnements engrangés par Fakir servent à financer du publi-rédactionnel de cet acabit, j'ai bien fait de choisir la formule hard discount.

Les bonnes œuvres, on ne m'y reprendra plus.