mardi 16 mars 2010

Elections régionales: que la campagne est belle

Les batailles électorales se gagnent sur le terrain de la communication, les appareils politiques le savent bien et dans ce domaines coups tordus et basses manœuvres sont légion.
On se souvient de « Home » film orienté diffusé juste avant les dernières élections Européennes, qui mettait l’accent sur un sujet jusque-là peu évoqué : nos sociétés capitalistes productivistes et industrielles ont un impact sur l’environnement et si on continue à rien changer, ça risque de ne pas s’arranger. Résultat, les électeurs les plus crédules s’en étaient allés voter par milliers pour les listes d’Europe Ecologie, faisant courir du même coup un risque à nos démocraties en mettant à sa tête des illuminés qui pensent qu’aimer les fleurs et avoir élevé des chèvres donne une légitimité pour présider aux destinées de l’Europe.

Le parti socialiste échaudé par cette affaire était en alerte à la veille des élections Régionales, et c’est par la voix de Jean-Jack Queyranne notamment qu’elle a demandé la déprogrammation d'Ushuaïa Nature, en vain. La secte écologiste dont Nicolas Hulot est le gourou soutenu par le CSA a encore eu libre antenne sur la chaîne de Martin Bouygues. La mise en garde semble quand même été avoir été entendue par les citoyens puisque TF1 a connu en terme d’audience sa pire soirée depuis 1985, avec seulement 16,5% des téléspectateurs devant Ushuaia Nature. Si ce score est comparé aux 12,2% obtenus par Europe Ecologie dans les urnes ça fait quand même 4,3% d’électeurs qui ne se sont pas laissés influencer par les messages subliminaux de cette émission, la bataille valait donc d’être menée.

Ecoute Jean-Jack comme on a pas d'idée nouvelle à proposer ce qu'il faut c'est éviter que la télé fasse réfléchir nos électeurs sinon on est foutus.



À la mi-temps de cette élection c’est au tour de l’UMP de s’offusquer d’une nouvelle confiscation de l’antenne : émissions spéciales, ouverture des journaux télévisés, une des magazines, rien n’est épargné à la majorité, l’appareil médiatique dans son entier est mis en branle. Tout est bon pour propager une idéologie gauchiste d’un autre temps et les mots choisis pour stigmatiser la droite sont durs et sans appel. On pourrait penser que des franges du Parti Socialiste Révolutionnaire infiltrées dans les médias sont derrière cette manipulation mais elle est en fait l’œuvre d’un seul homme : Jean Ferrat.


Il y a toujours eu de belles moustaches à gauche

Frederic Lefebvre a sa petite analyse sur le sujet: « ne me dites pas que c’est un hasard, un chansonnier qui est d’habitude si discret qui s’invite comme ça dans l’entre deux tours, il est partout et personne ne dit rien alors que je remarque que dès que c’est Nicolas Sarkozy qui monopolise les médias tout le monde s’offusque dan ce pays ».
On comprend l’émoi que cette campagne de déstabilisation provoque dans la majorité, tant les mots de Jean Ferrat sont sans ambiguïté.

« La France qui gagne
Les p'tits boulots
Les années bagne
Métro dodo
La France qui trinque
Dans les banlieues
Passe-moi la s'ringue
A être heureux
Si t'as des fois
Mal aux magouilles
L'état de droit
Qui part en couilles
Si ça te ronge
Aux entournures
Prends donc l'éponge
Aux fausses factures »

La chaine France3 forte de son ancrage régional est à la tête de cette campagne qui ne dit pas son nom, elle proposait lundi soir une rétrospective consacrée au chanteur partisan (déprogrammant au passage un reportage sur les survivants d’Haïti qui attendront bien la fin des élections). En point d’orgue une émission spéciale ce mardi en direct d'Antraigues-sur-Volane, en Ardèche, devrait peser sur le vote en Rhône-Alpes et permettre à Jean-Jack Queyranne (encore lui…) au coude à coude avec Françoise Grossetête de l’UMP de l’emporter.

Quelle que soit l'issue de cette élection il apparait clairement selon les derniers sondages que c'est au peuple de gauche que la voix de Jean Ferrat va le plus manquer au moment du décompte.


« Quand on n'interdira plus mes chansons
Je serai bon bon bon bon bon bon bon
Quand on n'interdira plus mes chansons
Je serai bon à jeter sous les ponts

Enfant chéri des monopoles
J'aurai mon avenir assuré
J'invent'rai plus de carmagnoles
Qu'avec l'accord de l'Elysée
Je deviendrai super enzyme
Je deviendrai super glouton
En glorifiant à plein régime
L'Europe des supers patrons »

5 commentaires:

Monsieur Bernard a dit…

Pour équilibrer la campagne, il faudrait que Sardou meurt...

Anonyme a dit…

Ou bien Johnny !

Et, au passage, France 3 bénéficie d'un ancrage régional. Si c'était un média de la presse écrite, on aurait effectivement pu parler d'encrage !

Bien à vous.

tgb a dit…

et que devient le chanteur Jacques Marseille ? - j'aimais bien ses chansons populaires sur C dans l'air
serait il victime d'une odieuse censure des ultragauchistes ?

Vinicius a dit…

@tgb: Je crois qu'il est un peu mouru, Jacques Marseille. Si quelqu'un peut lui demander...

Veig a dit…

Oui, il est vrai que le Parti des Télés et de l'Argent aurait pu rediffuser un florilège des refrains et ritournelles les plus connus de Jacques Marseille.

Mais -- a-t-il d'ailleurs jamais été l'invité de Jacques Martin ou de Michel Drucker ? -- je doute que la prestation eût été appréciée des gueux -- pardon, des électeurs, voulais-je dire, qui n'eussent pas manqué de mettre à sac les locaux de France Télévision.

Bref les tabous, c'est comme les couilles : il en est qu'il vaut mieux éviter de briser.