jeudi 8 novembre 2012

Notre-Dame-du-CAC

"On ne va pas laisser une poignée d'illuminés bloquer le chantier du progrès social". L'évacuation de Notre-Dame-du-CAC a donc commencé au petit matin. Avec la bénédiction de Jean-Marc Ayrault. "Face à l'échec du dialogue social, le gouvernement a décidé d'utiliser des moyens plus radicaux". Jusqu'à provoquer de véritables scènes de guérilla. Le préfet des Hauts de Seine témoigne : "Les forces de l'ordre ont notifié l'ordre d'évacuation. Mais les insurgés ont refusé de quitter les lieux et ont basculé dans la violence". Licenciements, délocalisations, travail précaire, harcèlement. Les occupants de Notre-Dame-du-CAC étaient à la tête d'un véritable arsenal. Qu'ils n'ont pas hésité à utiliser.

 
"Vous récupérez vos dividendes personnels et vous quittez les lieux dans le calme."

Notre-Dame-du-CAC, vaste ZAC des Hauts de Seine, est devenue au fil des années le symbole de la résistance au communisme galopant et à la décroissance. Occupée à la base par "à peine 40 millionnaires", elle s'impose avec le temps comme un haut lieu de culte ultra-libéral. "Editorialistes, hommes politiques, entrepreneurs, le profil des occupants est connu" explique Manuel Valls. "Ils peuvent passer pour de simples hurluberlus allumant des cierges à la gloire d'Adam Smith, mais il faut être prudent." Et le ministre de justifier l'intervention policière. "Depuis l'élection de François Hollande, on observe une radicalisation de l'ultra-droite, qui du medef à l'Ump, en passant par l'église catholique menace notre pacte républicain."

"Je le croyais plus sportif que ça Arnaud Lagardère"

Surveillée de près par les services de renseignement, c'est la publication du livre La Compétitivité qui vient par le Comité Invisible, qui a incité le gouvernement à agir. "On soupçonne fortement les patrons du CAC d'être à l'origine de cet opuscule, en particulier Louis Gallois". Ce guide du parfait terroriste ultralibéral incite les entrepreneurs français à la prise d'otages de salariés. Et réclame une rançon de 30 milliards d'euros. "Il est temps de faire respecter la loi et de rendre les entreprises aux salariés!"

L'homme des fers à béton. Pas sur les caténaires, sur les salariés

Mais le coup de filet dans les milieux ultra-conservateurs ne s'est pas limité à Notre-Dame-du-CAC. En effet, le gouvernement a dans le même temps délogé les fondamentalistes chrétiens de Notre-Dame-de-Lourdes, où ils entendaient protester contre le mariage homosexuel. Jamais avare d'un bon mot, François Hollande a commenté l'opération. "Pour le coup c'était Notre-Dame débande!"

6 commentaires:

Michel a dit…

Elle est bonne!
Juste une remarque: "le profil des occupants est connU"

Isabelle F a dit…

A quand l'ayraultgate?

Jay-Jay Stalin a dit…

Bravo pour ce grand reportage d'investigation ! Contre ces hurluberlus, ressortons les Tupolev TU-144

JBB a dit…

"Je le croyais plus sportif que ça Arnaud Lagardère"

Clair. Il faisait plus le malin, d'ailleurs, dans le joyeux reportage de la RTBF ; avec Jade et belle-môman, il donnait carrément l'impression d'être paré pour une belle vieille guérilla des familles.

Et sinon, bien heureux de voir Jean-Pierre Martin réendosser le collier. Pour le coup, je vais allumer un cierge à Notre-Dame... des Landes.

Un partageux a dit…

Ce reportage sur Notre-Dame-des-Glandes ne manque pas de jus.

Lisa a dit…

la violence est toujours présente dans les protestations